Clap de fin pour la saga Riboud

14 décembre 2017

« Il n’y aura plus de Riboud après moi » C’est ce qu’avait déclaré il y a moins de quatre ans Franck Riboud, interrogé alors sur sa succession.

Cette déclaration prend aujourd’hui tout son sens avec son départ début décembre. Il vient en effet de céder son fauteuil à un patron qu’il a lui même choisi, Emmanuel Faber, un héritier certes issu des rangs de l’entreprise, mais sans lien de parenté avec la famille fondatrice de Danone. Ainsi s’achève une saga de l’industrie française.

La plus longue histoire de l’histoire a été écrite par Antoine Riboud décédé en 2002. Ce dernier était né un 24 décembre avec un certain nombre de cadeaux dans son berceau. A l’image de son grand-père, un des fondateurs de la Lyonnaise de banque, sa famille était issue de la grande bourgeoisie de la capitale des Gaules. Il fut à l’origine en compétition avec son frère cadet, Jean Riboud, ancien confident de François Mitterrand, qui fit une brillante carrière dans le pétrole, à la tête du groupe Schlumberger.

Retour